You are here

Public

Le Ministre a, via un communiqué de presse du 5 juin, officialisé la restructuration interne de son administration.

Le communiqué est disponible sur le site internet de la DGD et s'intitule : Réforme en profondeur de la Direction générale de la Coopération au Développement et de l’Aide Humanitaire (DGD).

La DGD présente les objectifs de sa restructuration par différents points :

  • S’adapter aux nouveaux paradigmes de l’aide et à la diminution de son personnel
  • Les besoins du Sud comme point de départ
  • Rester le maillon central de la Coopération belge au développement
  • Mise en place d'une nouvelle structure organisationnelle

La Direction géographique D1 se concentre sur le contexte géographique de la coopération au développement.

La Direction thématique D2 est responsable de la définition stratégique, de l’utilisation et du suivi des instruments de développement thématiques belges pour l’obtention de résultats de développement.

La Direction Société civile D3 s’occupe des relations avec les acteurs non gouvernementaux de la politique de coopération belge: les organisations non gouvernementales, les universités et les institutions scientifiques, les organismes liés à l'éducation, les administrations locales et les syndicats.

La Direction Gestion de l’Organisation D4 soutient la mission stratégique de la DGD et se concentre sur la qualité et sur l’efficacité de l’aide. Un intérêt particulier est apporté à la réalisation de résultats de développement, à la reddition de comptes à cet égard, au partage des enseignements tirés et au développement d'un contrôle interne adéquat et de gestion des risques.

Avec ces quatre directions est créé un Comité stratégique, qui a pour mission de promouvoir la cohérence interne de la politique belge de développement, de développer les propositions en matière de politique adressées au Ministre qui a la Coopération au Développement dans ses attributions, et qui est chargé du dialogue institutionnel avec les différents partenaires de la coopération belge au développement.

Elle se décline donc sous ce nouvel organigramme.

Cours de Droit international humanitaire

  1. Créé par Magali LUCY
  2. Le 11/03/2014
  3. Dans Rencontres, événements
La Croix-Rouge organise avec le CICR ce cours pour professionnels de l'humanitaire du 11 au 17.05 en Belgique - Inscriptions ouvertes jusqu'au 31.03

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) en collaboration avec la Croix-Rouge de Belgique, organise, du 11 au 17 mai prochain, leur Cours d’été en Droit international humanitaire « de la théorie à la pratique : principes, normes et action humanitaire ».

Ce Cours se tiendra en résidentiel à Harzé (Province de Liège). Le cours se donne en français et son prix s’élève à 550€ (matériel didactique, hébergement et repas compris, hors frais de transport). Son objectif principal est d’offrir une formation juridique de qualité aux membres des organisations non gouvernementales, des organisations internationales, des agences gouvernementales et des bailleurs de fonds humanitaires.

Le programme 2014 aborde les thèmes du DIH intéressant l’action humanitaire tels que, entre autres, la qualification des situations de violence, le principe de distinction, la protection des civils dans les conflits armés, la question des réfugiés et celle des droits de l’homme, les règles relatives à la conduite des hostilités, les violences sexuelles ou encore la justice pénale internationale, etc.

Les inscriptions se clôturent le 31.03. Pour une description détaillée des thèmes et autres informations pratiques du Cours d’été, voici la page : http://www.icrc.org/fre/resources/documents/event/ihl-course.htm.

On ne joue pas avec la nourriture

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 23/06/2013
  3. Dans Info à promouvoir
SOS FAIM lance sa nouvelle campagne : Stop à la spéculation sur les matières premières agricoles et sur les terres. Rappelez aux banques qu’on ne joue pas avec

STOP À LA SPÉCULATION SUR LES MATIÈRES PREMIÈRES AGRICOLES ET SUR LES TERRES

Les banques, fonds de pension et autres spéculateurs financiers parient sur l’évolution des prix agricoles et investissent dans des entreprises qui achètent massivement des terres à l’étranger. Par ces pratiques spéculatives, ils participent à la concentration des terres dans les mains des plus riches et aux hausses des prix alimentaires. Ce faisant, ils menacent la sécurité alimentaire des plus pauvres et l’avenir des petits agriculteurs.

Des banques en Belgique sont complices …
La vôtre peut-être ? 

Sos faim dit Stop! Vous aussi ?

Rwanda, Burundi : 50 ans de l’indépendance! États des lieux et défis - Quelles cohérences pour nos politiques ?

Rwanda, Burundi : 50 ans de l’indépendance! - Etats des lieux et défis - Quelles cohérences pour nos politiques ?

Mercredi 6 juin 2012 de 9h à 18h- Maison des Associations Internationales - Rue de Washington, 40 – 1050   Bruxelles 

En présence des représentant(e)s des organisations de la société civile du Burundi et du Rwanda

Inscriptions obligatoires avant le lundi 4 juin 2012 : Sur www.cncd.be/Rwanda-Burundi-50-ans ou par téléphone 02/250.12.37

La table ronde est organisée par la Plateforme Afrique Centrale du CNCD/11.11.11. et le Centraal Afrika Overleg de 11.11.11. sous la coordination de la Commission Justice et Paix

La conférence se tiendra en français. Lors des plénières il sera possible d’intervenir en néerlandais.

Cours en ligne : climat et sécurité alimentaire - FAO

  1. Créé par Justine DI PRIMA
  2. Le 29/03/2012
  3. Dans Etudes
La FAO lance un cours en ligne gratuit sur climat et la sécurité alimentaire!

Ce cours en ligne, en plus de la sécurité alimentarie et le climat, se centre également sur l'adaptation au changement climatique, la sécurité alimentaire et le développement. Il permet de mieux comprendre comment le changement climatique affecte les systèmes agricoles et alimentaires et quelles mesures concrètes peuvent être envisagées.

Le cours est accessible gratuitement en ligne, et en téléchargement moyennant votre enregistrement sur le site. Il y a également possibilité de recevoir un CD-ROM avec le support du cours.

D'autres supports des précédents cours sont également disponibles sur le site : http://www.foodsec.org

Source : Funds For NGOs

Université de Paix en Afrique

  1. Créé par Justine DI PRIMA
  2. Le 14/06/2012
  3. Dans Pays du Sud Rencontres, événements OSC
Du 28/10 au 17/11/2012 se déroulera le 9ème Campus International de l'Université de Paix en Afrique.

Information de l'Equipe UPA

Nous comprenons les campus annuels de l'Université de Paix en Afrique (UPA) comme notre contribution active aux processus de consolidation de la Paix, de la Réconciliation et de la Démocratisation en Afrique, et partout ailleurs dans le monde. Cette année encore, nous avons le plaisir de vous informer que l'appel aux inscriptions à la 9ème session internationale et panafricaine de notre "UPA" vient d'être lancé.

C'est depuis l'année 2003 que nous proposons notre Campus UPA, et ainsi nous avons formé 150 Bâtisseurs de Paix, dans plus que 100 organisations et institutions de la Société Civile et des programmes (para-)gouvernementaux de développement et de la Paix, dans 27 pays différents. Avec notre UPA, nous offrons une platte-forme particulière aux formateurs internationaux, dans le domaine de la Paix, de la gestion positive des Conflits et de la Réconciliation pour l'Afrique et ses Bâtisseurs de Paix.

L'UPA est une formation intensive, internationale (panafricaine) et interculturelle, destinée aux multiplicateurs(-trices) actifs de la Paix, destinée à toute personne engagée dans la promotion et la construction d'une (nouvelle) culture de Paix, pour le développement social et politique, et pour la gestion positive des conflits. Nous pensons que l'UPA répond concrètement aux besoins de formation de vos partenaires: elle peut constituer un instrument stratégique pour votre travail d'appui, d'initiation et d'encouragement à leur endroit.

Nous vous prions de bien vouloir faire circuler cette information, même au cas où votre organisation ne peut/veut pas sponsoriser certains participant(e)s. Dans ce cas là, cette année encore, nous avons la possibilité de donner des conseils appropriés aux interessé(e)s pour obtenir une subvention de leurs frais de formation, de logement et de voyage, auprès d'autres partenaires potentiels.

La formation de l'UPA étant bilingue, le dossier d'invitation existe également en français et anglais

Plus d'informations sur le site internet  : www.universityofpeaceinafrica.org

Appel à participation pour jeunes journalistes migrants

  1. Créé par Justine DI PRIMA
  2. Le 18/05/2012
  3. Dans
Dans le cadre du projet européen « Media4us », Média Animation asbl recherche de jeunes journalistes migrants, issus de pays hors Union Européenne.

Vous souhaitez contribuer à changer les perceptions négatives des migrants dans notre société et améliorer la cohésion sociale ? Vous souhaitez améliorer vos compétences journalistiques et contribuer à un ensemble de médias d’information autour de la diversité culturelle et du vivre ensemble ?

Vous aurez la possibilité d’intégrer une équipe rédactionnelle et publier régulièrement des articles pour

  • le site www.perspectives-media.be
  • pour le journal « Perspectives » qui sera publié dans le journal METRO en novembre 2012.
  • Le site européen www.media4us.eu et pour les sites partenaires en Hongrie, Allemagne, Pays-bas, Italie, Rébublique Tchèque, Royaume-Uni et Suède

Conditions de participation :

  • Etre issu d’un pays-tiers (non membre de l’Union Européenne)
  • Etre âgé de 18 à 35 ans
  • Participer à la réunion de rédaction qui sera organisée à Bruxelles, le 29 mai 2012 de 16h00 à 18h00.
  • Participer à 3 ateliers de formations qui seront organisés entre mai et août 2012
  • Un défraiement des articles publiés dans les différents supports est prévue.

Candidatures et inscriptions :
Envoyez votre lettre de motivation, accompagnée d’un article que vous avez produit à:
Stephan Grawez, coordinateur du comité de rédaction – Média Animation asbl – Avenue Emmanuel Mounier, 100 – 1200 Bruxelles
s.grawez(a)media-animation.be – Téléphone : 02/256.72.45

Les statistiques de l'OCDE sur l'APD 2011

  1. Créé par Justine DI PRIMA
  2. Le 05/04/2012
  3. Dans Belgique Financements
L'OCDE a publié les statistiques 2011 de l'Aide Publique au Développement. Constat global: l'aide au PVD est en baisse et particulièrement en Belgique (-13.3%)

"L'aide consentie aux pays en développement par les principaux donneurs a reculé de près de 3% en 2011", tel est le constat de la publication des statistiques sur l'Aide Publique au Développement (APD) de l'Organisation de Coopération au Développement Économique. (OCDE) Aussi, en dehors des allègements de dette et de l'aide humanitaire, sur le total de l'APD nette, l'aide bilatérale affectée à des programmes et projets d'aide au développement a baissé de 4.5% en termes réels.

Cinq pays atteignent cependant l'objectif des Nations Unies de 0.7% de leur revenu national brut (RNB) consacré à l'APD : le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède. Dans seize des pays du Comité d'Aide au Développement de l'OCDE (CAD) l'APD a régressé et la Belgique se retrouve parmi les plus fortes baisses, - 13.3% en termes réels, avec l'Autriche (-14.3%), la Grèce (-39.3%), le Japon (-10.8%) et l'Espagne (-32.7%).

Or, le climat économique mondial et la "crise" déstabilisent fortement les économies et le développement des PVD ; le Secrétaire général de l'OCDE Angel Guria soutient donc les pays qui poursuivent leurs engagements et soulignent que "la crise ne devrait pas être utilisée comme excuse pour réduire les contributions à la coopération au développement."

Au niveau européen, la plateforme européenne des ONG d'urgence et de développement CONCORD a réagi par communiqué de presse. Le président de CONCORD, Olivier Consolo déclare : "European countries are cutting aid faster than their economies are shrinking. We could see Europe entering an age of aid austerity, pulling back from supporting millions of poor people in developing countries. European governments are understandably under pressure, but they should realize how important development programmes can be to tackle global poverty and to support developing countries to cope with the impact of the financial crisis. European countries should not turn their backs to the over 3 billion people living on less than $2.50 a day".

En 2010, l'allègement exceptionnel de la dette de la RDC avait fait monté l'APD belge à 0,64% du RNB, rapprochant la Belgique de l'objectif des 0.7% du RNB.  Cette mesure n'était cependant pas durable et n'a pas mené le pays vers des engagements plus fort en matière d'augmentation de l'APD, ce pourcentage étant redescendu à 0.53% en 2011. Le CAD conseillait lors de l'examen par les pairs de l'APD belge en 2010 qu' "Une stratégie à moyen terme, (est une) condition indispensable à la concrétisation durable de l’objectif de 0.7 %".(CAD)

Pour le secrétaire général de la coupole flamande 11.11.11, Bogdan Vanden Berghe : "De economische context en een regering in lopende zaken mogen geen excuus zijn om de engagementen op vlak van internationale solidariteit los te laten" (11.be) (1)

Le Ministre belge s'est engagé, dans sa note politique, à maintenir les subventions au secteur ONG. "La part de la coopération non gouvernementale doit encore être maintenue, même si cette part atteint le double de la moyenne OCDE. La coopération au développement reconnait la valeur ajoutée, l’autonomie et la spécificité des acteurs non gouvernementaux." Les ONG mettent directement en oeuvre des actions de coopération et sont les acteurs dont le taux de réalisation des projets/ programmes est le plus important, et ils le réalisent à un coût plus faible que bien d'autres acteurs à qui sont confiés des montants très importants.

NB: Source OCDE
Le concept de l’aide publique au développement (APD) couvre un ensemble de mesures d’assistance des pays développés en faveur des pays en développement – allant de dons et de prêts à des conditions favorables à un allégement de la dette et à l’aide humanitaire, en passant par la recherche en développement et les frais administratifs de l’aide dans les pays donneurs. Bien qu’il s’agisse d’une mesure mondiale cohérente et comparative permettant d’effectuer le suivi des dépenses des donneurs, l’APD ne donne cependant pas une idée précise du montant d’aide transférée à chaque pays bénéficiaire.

(1) "Le contexte économique et un gouvernement en affaires courantes, ne sont pas des excuses valables pour réduire nos engagements dans la solidarité internationale"

Pages