You are here

Public

Urgence humanitaire

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 22/10/2011
  3. Dans Communiqué de Presse
La corne de l'Afrique est frappée par une sécheresse et des famines. Les ONG membres d'ACODEV qui y sont actives ont besoin de votre soutien.

Soutenez les ONG présentes dans la Corne de l'Afrique

Liens directs vers leurs sites :

 

Mobilisation de jeunes volontaires

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 20/09/2011
  3. Dans Volontaires
Vous cherchez des endroits pour recruter des volontaires ou faire connaître votre ONG ? Voici une occasion.

Le samedi 24/09/11, l'ONG DBA organise une après-midi de rencontre entre des organisations citoyennes et solidaires et environ 130 jeunes (15-18 ans), fraichement rentrés d'un séjour d'immersion en Afrique avec DBA.

L'objectif est de créer des ponts entre d’un côté, des jeunes conscientisés aux enjeux du monde contemporain à la recherche de pistes d’engagement citoyen et solidaire et de l’autre côté, des organisations qui mobilisent des bénévoles/volontaires dans la réalisation de leur mission.

Plus d'infos sur l'Agenda-solidaire.

 

 

ONG intensifient le soutien aux pays les plus pauvres

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 09/09/2011
  3. Dans Communiqué de Presse
Les ONG intensifient leur soutien aux pays les plus pauvres (PMA) mais n'abandonnent pas pour autant les pays à revenu intermédiaire (PRI)

Les ONG intensifient leur soutien aux pays les plus pauvres - 25/10/11


Au cours des 5 dernières années, les moyens affectés par les ONG à la lutte contre la pauvreté dans les pays les moins avancés (PMA) ont augmenté de manière significative. Les ONG n’abandonnent pas pour autant les populations précarisées dans les pays à revenus intermédiaires (PRI), elles continuent à les soutenir dans leur lutte pour un partage plus équitable de la croissance économique.

Les données issues d’ONG-Livreouvert.be montrent qu’en 2010, les ONG belges ont attribué un montant global de 326 millions d’€ à leurs activités au Sud. De ce total, 66 % sont affectés dans les PMA et le reste dans les PRI, ces pays ayant encore une part importante de leur population en situation de grande pauvreté.

Dans les pays les plus pauvres (PMA), les ONG s’attachent à prendre en charge les principales causes de la pauvreté via des investissements physiques (écoles, hôpitaux, …) mais aussi via du renforcement des capacités des personnes et de groupes de personnes. Dans les pays émergents (PRI) les ONG contribuent à une redistribution des moyens dans le pays même : le soutien apporté aux mouvements sociaux permet d’améliorer les conditions de travail, mais aussi une meilleure répartition des revenus, un système fiscal plus juste et des formules de protections sociales.

Le site internet ONG-LivreOuvert.be est une initiative bilingue des Fédérations d’ONGD, ACODEV et COPROGRAM soutenue par les Coupoles de solidarité internationale (CNCD-11.11.11 francophone et 11.11.11 néerlandophone). ONG-LivreOuvert a pour objectif, depuis quelques années, d’informer, via un portail unique, le grand public, les politiques, les médias, le monde académique, ... sur le fonctionnement et les moyens mis en œuvre par les ONG de développement.

Les données 2010 sont publiées ce 25 octobre 2011, sur le site www.ong-livreouvert.be.

Pour plus d’information : ACODEV asbl - Sylvie Graffe : 02/219.88.55 – sg@acodev.b

Manifeste pour l'Éducation au développement - 25/05/11

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 17/05/2011
  3. Dans Communiqué de Presse
Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale.

Le Groupe sectoriel Education au développement de la fédération francophone des ONG belges, ACODEV, a réalisé en avril 2011, un Manifeste pour l’éducation au développement.

Ce Manifeste vise à rappeler l’importance de l’éducation au développement (ED) dans toute politique de développement et sa contribution fondamentale aux changements sociaux pour un monde plus juste et solidaire.

Dans ce Manifeste, vous verrez en quoi l’ED1 :
- C’est nécessaire ! L’ED est un processus qui vise à provoquer des changements de valeurs et d’attitudes sur les plans individuel et collectif en vue d’un monde plus juste, dans lequel ressources et pouvoir sont équitablement répartis dans le respect de la dignité humaine (…).

- C’est urgent ! Le monde va mal, les défis sont nombreux (…). L’ED met en place une démarche éducative qui se donne différentes missions pour y répondre.

- C’est un métier ! Eduquer au développement est un métier. L’ED ne peut être improvisée ni reposer sur la seule bonne volonté : une formation sérieuse tant sur la méthodologie que sur les contenus est indispensable (…).
- Ca marche ! La prise en compte des questions de solidarité internationale dans l’espace public augmente et aboutit à des résultats (…).

- C’est un enjeu ! L’ED est un bien public et participe à des avancées sociales au Nord comme au Sud (…) il s’agit de conforter ces avancées tant aux plans des moyens financiers et des ressources humaines et intellectuelles et sa prise en compte par les instances politiques.


Besoin de faire votre propre opinion ? Lisez vite le Manifeste pour l’Education au développement réalisé par ACODEV !
Aidez-nous à le diffuser autour de vous !
Contact Magali Lucy ACODEV :

Question au Ministre et communiqué du CADTM

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 20/06/2016
  3. Dans Subsides OSC Info à promouvoir
Le CADTM met en lumière que l'évaluation des acteurs de la coopération non gouvernementale a été faite par une firme championne de l'évasion fiscale

Le 7 juin, le gouvernement a été interpellé par deux députés fédéraux sur le recrutement de la multinationale Deloitte, pour évaluer les acteurs de la coopération non gouvernementale. Sur base de cette évaluation, portant le nom de « screening » et qui applique des critères venus du management privé, le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, a supprimé l’accès aux subventions publiques de vingt acteurs non gouvernementaux (ce qui représente 20 % de la totalité des organisations évaluées).

Le CADTM apporte les preuves que cette firme s'organise pour conseiller les grandes structures et entreprises à faire de l'évasion fiscale. C'est donc cette société qui a été payée pour faire l'évaluation du secteur des acteurs de la coopération au développement. Ce qui d'après l'ONG est un manque de cohérence de la part du gouvernement belge.

Plus d'info sur la carte blanche sur le site du CADTM. Les questions lors de la séance du 07/06/16 sont accessibles ici.

Le genre dans la coopération belge au développement

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 22/10/2015
  3. Dans
Séminaire de présentation et d'identification des défis

A l’occasion de la sortie de la nouvelle stratégie genre et développement du gouvernement belge qui est attendue pour fin novembre 2015, le Conseil Consultatif Genre et Développement (CCGD) et la plateforme BE-Gender ont le plaisir de vous convier à leur séminaire sur le genre dans la coopération belge, et ce, après un an d’activités.

L’objectif du séminaire du 9 novembre est :

  • de faire connaissance avec ces deux nouvelles structures que sont le CCGD et BE-Gender ;
  • de présenter la nouvelle stratégie genre et développement et le travail réalisé par le CCGD et BE-Gender pour cette stratégie ;
  • d’identifier les principaux défis pour les années à venir et les bonnes pratiques en matière de genre pour la coopération belge.
Plus d'infos sur le site du CNCD-11.11.11.
Inscriptions sur argo-ccgd.be
Lieu : Parlement fédéral (Maison des Parlementaires) - Chaussée de Louvain 21, 1000 Bruxelles
Date : 09/11/2015 de 12:00 à 17:00

Chaire Singleton

  1. Créé par Maria Isabel ANSION
  2. Le 06/05/2015
  3. Dans Info à promouvoir
La Chaire se tient à Louvain-la-Neuve du 6 au 8 mai

Ethnographier les politiques sociales et de développement en contexte de marchandisation globale, tel est l'objectif de ces journées de réflexion organisées par le Laboratoire d’Anthropologie Prospective (Laap- Iacchos, Ucl), avec le Centre d’Études du Développement (Dvlp- Iacchos, Ucl), le Laboratoire de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (LADSEL - Niger) et le CNCD-11.11.11.

 

PULSE a publié sur son site les résultats du sondage réalisé auprès du monde politique sur son soutien à la coopération au développement

L'étude "Political support for developpement cooperation in Belgium" (2013) approfondit la manière dont les partis politiques développent leurs politiques "coopération au développement",  les interactions entre monde politique et société civile, les questions liées à l'aide dans le paysage politique belge actuel. 

Voici quelques conclusions :

  • L'aide au développement n'est pas la priorité des partis politiques, la position qu'ils prennent sur les questions d'aide ne modifiant pas le vote des électeurs.
  • La définition des visions, stratégies, position politique, programme électoral en matière d'aide au développement est essentiellement un travail interne au parti : les partis s'appuyent sur un (ou groupe de) politicien(s) du parti "expert(s)" en coopération au développement ou prêt(s) à s'investir dans ce champ et ayant une connexion avec le secteur du développement.  Pour s'informer, approfondir les dossiers, etc. ils ont recours à des centres de recherche affiliés, des ONG proches idéologiquement ou des universitaires de confiance. 
  • Le travail de plaidoyer des coupoles ou des ONG peut influencer les partis poliltiques.  Les ONG ne sont toutefois pas considérées par ceux-ci comme  "l'opposition" mais plutôt reconnues pour leur rôle d'information, de conseil, leur expertise (essentiellement en début d'un processus de consultation mais pas sur l'ensemble du processus d'élaboration/décision).
  • Les ONG tentent d'atteindre les partis de l'extérieur (campagnes publiques, dénonciations des politiques et pratiques) ou par l'interne (conseil, lobbying direct).  Les coupoles d'ONG travaillent souvent par le biais de memorandums.  Elles tentent d'être perçues comme neutres idéologiquement et de créer des alliances entre plusieurs partis politiques.  Les ONG lobbyistes doivent constamment adapter leur approche, celle-ci varie suivant les partis et si le parti est dans l'opposition ou la majorité.  Une ONG dite de gauche aura plus difficile à convaincre la droite et inversement. 
  • Sans grande surprise, la gauche note une préférence pour les programmes sociaux (éducation, santé, travail communautaire, renforcement de la société civile); la droite pour les programmes économiques (investissement).  La droite est davantage en faveur des conditionnalités.  La différence gauche-droite est perceptible aussi quant à l'exclusion ou non de certaines dépenses du budget de l'aide (politique d'asile et annulations de la dette), la droite tendant à les inclure.
  • L'ensemble des partis s'accordent pour privilégier différents canaux d'aide et sur la nécessité d'éviter la dispersion. 
  • Certains sujets ne sont pas pris en compte par les partis politiques et sortent donc du débat public : efficacité et efficience des institutions multilatérales (1/3 du budget de l'aide); continuité et prévisibilité des financements; le système actuel de l'aide.

Coopération universitaire au développement

  1. Créé par Justine DI PRIMA
  2. Le 24/04/2012
  3. Dans Etudes
Ce vendredi 20 avril se tenait un Conseil des Ministres, celui-ci a approuvé l'engagement des budgets 2012 de la coopération universitaire.

Communiqué extrait du site internet du Ministre Paul Magnette

Le Conseil des Ministres a approuvé l’engagement des budgets 2012 de la coopération universitaire et scientifique ainsi que des autres institutions visées au titre de compétences dites « usurpées » et ordonné la liquidation immédiate d’une première tranche de 2/3 du financement afin de permettre à ces programmes de mener à bien leur mission.

Paul Magnette rappelle que le gouvernement fédéral continuera à financer les projets aussi longtemps qu’il n’y aura pas d’accord en conférence interministérielle entre le gouvernement fédéral et les entités fédérées, en vue d’un éventuel transfert vers les régions et les communautés. Entretemps, les opérateurs sont encouragés à continuer  normalement les actions sur le terrain.

Pages