You are here

Public

ODD4 - webinaire #globaled2030

  1. Créé par Magali LUCY
  2. Le 14/04/2020
  3. Dans Info à promouvoir
Pourquoi l’éducation et les compétences globales sont fondamentales pour atteindre les ODD ? Un webinaire traitera de cette question le 7 mai prochain.

Le webinaire « Pourquoi l’éducation et les compétences globales sont fondamentales pour atteindre les ODD ? » est co-organisé par ALC, Kruit et Gene. Il sera donné par le Prof. Dr. Dirk Van Damme, conseiller principal à la Direction de l’éducation et des compétences de l’OCDE à Paris.

Contenu

« Les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD) constituent le plan à suivre pour bâtir un avenir meilleur et plus durable pour chacun. L’ODD 4 se concentre sur une éducation de qualité pour tou·te·s et appelle à une action radicale pour élargir les possibilités d’apprentissage et améliorer la qualité de l’éducation afin que tous les enfants et adultes acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour s’épanouir. Mr Van Damme présentera la situation actuelle, à dix ans de la date visée par des ODD : 2030.

L’éducation a, en outre, un rôle beaucoup plus important à jouer : en effet, le succès de presque tous les ODD dépend de l’effet multiplicateur de l’éducation : les ambitions de l’ODD 1 pour éliminer la pauvreté nécessitent un niveau d’éducation primaire et secondaire universel ; la bonne santé et le bien-être (ODD 3) ne sont réalisables que lorsque plus de filles et de femmes achèvent leur scolarité. Le niveau d’instruction seul ne suffira pas.

Nous devons davantage réfléchir au type de connaissances, de compétences, d’attitudes et de valeurs que nous devons développer afin de préparer les enfants et les adultes au monde de demain. Les défis mondiaux du changement climatique et de la croissance durable, mais aussi la numérisation, la migration, l’innovation et la paix exigeront une compétence globale. Mr. Van Damme développera le concept de « compétence globale » et expliquera pourquoi et comment il a été intégré dans l’évaluation PISA 2018 ».

Info pratiques

  • Date : 7 mai
  • Heure : de 11h à 12h30
  • Intervenant : prof. Dirk Van Damme, conseiller OCDE
  • Langue : en anglais (avec traduction vers le français)
  • Prix : gratuit
  • Inscriptions : via ALC
  • Contact : ALC

Conseils pour le bien-être en télétravail

  1. Créé par Lawrence PIETERS
  2. Le 02/04/2020
  3. Dans Actualités
Pour la plupart des collaborateurs·trices des OSC en Belgique, confinement rime avec télétravail. Voici quelques conseils pour le bien-être en télétravail, recueillis par Véronique Paternostre, responsable de la prévention et du bien-être au travail au sein du CNCD-11.11.11.

Ces quelques conseils sont notamment tirés du guide "Ergonomie et télétravail temporaire" de l'ENTRAC.

Qualité de l’air intérieur

Aérer 10 minutes les pièces de vie, le matin ET en fin de journée pour aider à la qualité de votre sommeil. Eviter les désodorisants, et autres produits surtout « brûlés » comme l’encens, ça génère des toxines.

Lieu de télétravail

Idéalement on parle d’avoir un espace, une pièce dédiée… mais ce n’est pas toujours évident dans nos domiciles, surtout quand toute la famille est confinée en même temps… Dès lors, privilégier un espace / poste spécifique, le même si possible, sans distractions visuelles, à l’écart du bruit ambiant… (cfr ci-dessous)

Temps de télétravail

Essayez d’organiser la vie de la famille en alternant périodes calmes (chacun pour soi) et communes avec moments de détente / défouloirs. Vous ferez peut-être moins d’heure qu’au bureau, mais il s’agit ici aussi de préserver un certain équilibre individuel et familial… et de tenir dans la durée ! Il faut donc apprendre à faire de vraies coupures. On ferme l’ordi, on le range, on se donne des objectifs familiaux, et personnels. On déconnecte pour mieux ensuite se reconnecter et se concentrer sur le travail.

Ergonomie

Rare sont sans doute celles et ceux qui ont un « vrai » poste de travail à la maison avec siège professionnel, bureau, écran, clavier, souris bien positionnés. Quand c’est pour du télétravail exceptionnel, ou une fois par semaine, peu importe…  Mais ici on est dans un cas de figure particulier. Alors voici quelques règles de base et pistes de « débrouille » :

  • Soutien du dos : cherchez chez vous ce qui se rapproche le plus d’un vrai siège de bureau (ne pas s’affaler dans le canapé, ni se tenir sur un petit tabouret de cuisine). Une bonne hauteur pour que les genoux soient en angle droit. ET coudes en angles droit sur la table.
  • Poignets : important d’avoir les avants-bras les plus horizontaux possible ! donc au besoin relevez votre siège et éloignez votre ordi du bord de table pour que l’avant-bras s’appuie sur la table (pas un bout de poignet !)
  • Cou : Surélevez votre ordi pour que l’écran soit à hauteur des yeux ! car trop bas, il oblige à une tension dans le cou et le haut du dos en souffrira.
  • Yeux/ vision : évitez les très nombreuses d’heure d’affilée sur écran, tenez votre écran à une distance de 70cm (un bras étendu), réglez sa luminosité pour qu’il en soit pas trop brillant, et quittez vos yeux de l’écran au moins quelques minutes tous les 20 minutes. Positionnez votre écran pour qu’il n’y ait pas de reflets du soleil qui vous perturbent, et évitez la fenêtre lumineuse en arrière-plan de l’ordi…  Pour éviter de tout lire à l’écran, on peut tester la fonction « article à lire » pour les malvoyants… ça permets de fermer les yeux, regarder par la fenêtre tout en « lisant » un article…
  • Dos, circulation du sang : pourquoi ne pas chercher aussi des postes de travail en position debout ?  table-bar de cuisine ? planche à repasser ? planche de bibliothèque ? l’important est de faire circuler le sang pour éviter l’ankylosement.

Et puis… BOUGEZ ! Toutes les heures, au moins, levez-vous et faites un peu d’étirements, marchez 2-3 minutes, et si vous en avez la possibilité, respirez un petit coup dehors (tour de la terrasse, balcon, jardin…). N’oubliez pas de BOIRE DE L’EAU régulièrement. SORTEZ marcher, vous balader une petite heure chaque jour… pour s’oxygéner, changer d’air, prendre du recul, se laisser rêver. Quelques exercices de yoga, ou une autre activité physique, aident beaucoup aussi !

ACODEV recherche un-e Chargé-e de Plaidoyer et de Partenariats

  1. Créé par Lawrence PIETERS
  2. Le 13/02/2020
  3. Dans
Partagez ou postulez jusqu'au 28 février !

Représenter et défendre les intérêts de ses membres vis-à-vis des pouvoirs publics et développer des synergies à l'intérieur du secteur sont parmi les missions essentielles de la fédération. C'est pour renforcer le secrétariat sur ces deux aspects qu'ACODEV recrute un-e Chargé-e de Plaidoyer et de Partenariats.

Sous la supervision de la Coordinatrice Plaidoyer et Réglementation, le-la Chargé-e de Plaidoyer et Partenariats fournit un appui transversal et spécifique au travail de plaidoyer de l’équipe d’ACODEV. Outre cet appui transversal à l’équipe selon le contexte et l’actualité, il-elle est également plus spécifiquement en charge du suivi de la réglementation et des financements européens et de dossiers thématiques qui lui seront attribués. Sous la direction du Directeur et de la coordinatrice plaidoyer et réglementation, il-elle est également chargé-e de suivre et/ou développer les partenariats d’ACODEV selon les objectifs et mandats définis dans la note de politique de partenariat d’ACODEV.

Toutes les informations sur cette offre sur le portail des jobs d'ACODEV !


MOOC "La fabrique de l'aide internationale" 2020

  1. Créé par Lawrence PIETERS
  2. Le 15/01/2020
  3. Dans Formations
Comprendre et débattre les enjeux de l’aide internationale contemporaine, de chez vous et gratuitement ? C'est ce que vous propose le MOOC "La fabrique de l'aide internationale" dès ce 7 février.

Le MOOC (Massive Open Online Course) "La Fabrique de l'aide internationale", proposé par l'Université de Liège, est un cours en ligne qui met en réseau des apprenant-e-s du monde entier. Il se déroule en 6 modules d'une semaine et combine plusieurs types de ressources et d’activités : des capsules vidéos, des lectures complémentaires, des exercices variés (quiz, évaluation par les pairs, rapport), un carnet de notes, des murs de discussion, un espace de vote...

Deux parcours pédagogiques vous seront proposés pour correspondre aux mieux à vos objectifs et motivations.

  • Le parcours "député-e curieux-ses" qui se destine aux personnes qui cherchent à découvrir les aspects de la coopération internationale et qui demandera environ 1h30 de travail par semaine. Ce parcours est gratuit.

  • Le parcours "député-e audacieux-ses" qui est envisagé pour permettre aux personnes intéressées d'approfondir certaines thématiques et qui demandera environ 2 h de travail par semaine. Ce parcours est payant (80 euros) et permet d'obtenir une certification FUN.

Début des cours le 7 février 2020 et inscriptions ouvertes jusqu'au 17 avril 2020 sur https://www.fun-mooc.fr.

Meilleurs Vœux 2020

  1. Créé par Lawrence PIETERS
  2. Le 19/12/2019
  3. Dans
ACODEV vous présente ses Meilleurs Vœux ! En 2020, continuons à travailler ensemble, au service de la solidarité !

L'enquête Eurobaromètre sur la coopération au développement de l'UE révèle l'existence d'un large consensus parmi les citoyen-ne-s européen-ne-s quant à l'importance de la coopération internationale et du développement.

Sur plus de 27.000 personnes interrogées (dont environ un millier en Belgique) dans le cadre de l'Eurobaromètre annuel sur la coopération au développement, près de neuf citoyen-ne-s européen-ne-s sur dix affirment que la coopération au développement est importante pour soutenir les populations des pays en développement. Ce résultat fait de la coopération au développement l'une des politiques les mieux perçues de l'UE. Trois Européen-ne-s sur quatre conviennent que l'UE devrait renforcer son partenariat avec l'Afrique ainsi qu'accroître les investissements financiers pour créer de l'emploi et garantir un développement durable sur les deux continents.

Les citoyen-ne-s européen-ne-s soutiennent les travaux visant à réaliser le programme mondial de développement dans le cadre des objectifs de développement durable. Interrogés sur les grands défis en matière de développement, les sondé-e-s ont classé les principaux objectifs de développement durable dans l'ordre de priorité suivant: l'éducation, la paix et la sécurité, l'eau et l'assainissement, la santé, la sécurité alimentaire et l'agriculture, la croissance économique et l'emploi et les droits de l'homme.

Plus de sept personnes interrogées sur dix conviennent que la fourniture d'une aide financière aux pays en développement contribue à réduire les inégalités dans ces pays. Dans une même proportion, les Européen-ne-s estiment qu'apporter une aide financière aux pays en développement est un moyen efficace de renforcer l'influence de l'UE dans le monde.

Et en Belgique?

La Commission européenne publie également des fiches par pays, ce qui nous permet d'avoir des résultats détaillés pour la Belgique. La fiche pays Belgique est disponible ici.

Dans de nombreux domaines, les personnes interrogées en Belgique sont désormais plus favorables à la coopération au développement qu’elles ne l’étaient en 2018. Par exemple, plus de sept personnes sur dix considèrent que lutter contre la pauvreté dans les pays en développement devrait être l’une des principales priorités de l’UE (72%), ce qui représente une progression de six points de pourcentage depuis 2018 et la plus forte augmentation enregistrée dans un État membre. Plus de la moitié des personnes interrogées (56%) pensent que lutter contre la pauvreté dans ces pays devrait être l’une des principales priorités de leur gouvernement national : une hausse de quatre points depuis 2018. En revanche, la proportion de personnes estimant que les entreprises privées devraient jouer un rôle important pour soutenir le développement durable dans les pays en développement a fléchi de cinq points (78%).

Plus des deux tiers (69%) des personnes interrogées en Belgique estiment que l’aide financière aux pays en développement est un moyen efficace pour réduire les inégalités dans ces pays. La plupart déclarent que l’aide aux pays en développement devrait soit se poursuivre aux niveaux actuels (47%, -9 pp), soit être augmentée (29%, +5 pp). Au total, près de neuf personnes interrogées sur dix (87%) en Belgique estiment qu’il est important d’aider les populations des pays en développement.

Le rapport complet, son résumé, les fiches pays et infographies sont disponibles sur le site de la Commission européenne.

Si près de la moitié des jeunes affirment vouloir s'engager pour un monde plus solidaire, ils n'ont tendance à le faire que s'ils sont touchés personnellement, selon une enquête réalisée pour Annoncer la Couleur.

Quels sont les valeurs portées par les jeunes aujourd’hui en Fédération Wallonie-Bruxelles? Qu'est-ce qui les mobilise ? Ce sont les questions qu'a posé Annoncer la Couleur à 500 jeunes de 14 à 19 ans dans le cadre de l'enquête "Ce qui mobilise les jeunes: valeurs, centres d'intérêt et positionnements". L'enquête a été réalisée en juin et juillet 2019 par Dedicated Research. Les résultats ont également été confrontés au vécu d'enseignant-e-s à travers des entretiens et des focus groups.

Les principales conclusions de cette enquête sont : 

  • les jeunes se concentrent d’abord sur eux-mêmes et leurs proches et ce qu’ils vivent au quotidien plutôt qu’à la société qui les entoure. Pour la majorité d'entre eux, la famille, les amis et leur avenir occupent une place importante dans leurs sphères d’intérêt. C’est envers leur entourage direct qu’ils sont aussi les plus solidaires ;
  • le top 5 des valeurs les plus importantes pour les jeunes sont : respect (38%) ; honnêteté et intégrité (37%); loyauté et fidélité (34%) ; justice (25%) et solidarité (avec 23% seulement). Les valeurs "collectives" sont plus plébiscitées que les valeurs dites individuelles; 
  • près de la moitié des jeunes affirment vouloir s’engager pour un monde meilleur, empreint de justice et solidarité.  Pour favoriser leur engagement, l’accroche émotionnelle reste l’élément moteur.  S’ils ne sont pas touchés par une situation d’injustice, les jeunes ne bougent pas pour le monde qui les entoure ;
  • les sources d’information principales des jeunes sont informelles : la famille, les amis.  Mais l’école occupe une place de choix également.  Le niveau de confiance envers les ONG est mitigé (46%) mais augmente avec l'âge.  La presse traditionnelle (y compris les réseaux sociaux) et le monde politique ne sont pas les sources d'information auxquels les jeunes accordent beaucoup de confiance.

L'ECMS, une réponse pertinente

Selon les enseignant-e-s qui ont commenté les résultats de l’enquête, le climat anxiogène qui règne autour des jeunes (crise climatique, chômage, etc.) peut expliquer cette tendance à se protéger derrière son milieu d’appartenance et sa sphère proche. Pour favoriser l’ouverture des jeunes au monde et à ses problématiques, quelques pistes sont soulevées : favoriser l’accroche émotionnelle ; partir de ce qui est proche du jeune et de son vécu;  aborder les choses de manière plus positive (sortir du « monde en crise »); développer l’esprit critique ;  favoriser l’interaction et l’implication des jeunes dans des projets concrets. 

L’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire est, selon les enseignant-e-s interrogé-e-s, une réponse pertinente pour renforcer l'esprit critique et les valeurs de solidarité. Parce que l’ECMS permet de partir de ce qui est proche, du « local », pour élargir les horizons et amener du « mondial », du « global », en mettant en avant les interdépendances qui découlent de la mondialisation et en incitant à l’engagement individuel et collectif.

Pour plus d'infos et de détails notamment sur le positionnement par rapport à quelques enjeux de société actuels (racisme; genre; DH et migrations; développement durable), découvrez le rapport complet sur le site de WIKI CM ainsi que son infographie.  La présentation de Chloé Rocourt au Wiki lunch du 05/12 sur la manière d’éduquer aux valeurs y est également accessible.   


4.000 € pour des projets de sensibilisation au commerce équitable.

La Semaine du commerce équitable est une campagne annuelle du Trade for Development Centre qui a pour objectif de sensibiliser les Belges au commerce équitable. La prochaine édition aura lieu du 7 au 17 octobre 2020.

Le TDC lance son traditionnel "Concours de projets Semaine du commerce équitable" 2020. Il n’est pas accessible aux organisations bénéficiant de subsides DGD mais l’appui des OSC est vivement encouragé pour diffuser ce concours auprès des acteurs avec qui ils sont en lien (écoles, communes, mouvements de jeunesse, associations de solidarité internationale, etc.). Les projets de sensibilisation peuvent être financés à hauteur de 4.000 €. Le délai d’introduction des dossiers est fixé au 20 mars 2020.

Info et règlement de l’appel sur www.befair.be.

Pages